Faible Réserve Ovarienne

Faible Réserve Ovarienne

Le retard de la maternité dans notre société actuelle fait que les cas d’infertilité augmentent. Le nombre et la qualité des ovocytes se réduisent au fil des ans, ainsi que et les difficultés à concevoir. Cependant, cela peut se produire chez des femmes dont la réserve ovarienne est normale.

Niveau de réserve ovarienne

La femme naît avec un nombre d’ovocytes déterminé qui se perdent avec les cycles menstruels jusqu’à s’épuiser à la ménopause. L’un des indicateurs permettant d’évaluer la fertilité féminine est l’étude du niveau de la réserve ovarienne, c’est-à-dire, connaître la quantité totale d’ovocytes que possède la femme dans ses ovaires. Les deux marqueurs les plus fiables pour mesurer la réserve ovarienne sont le décompte de follicules antraux lors de l’échographie et la détermination de l’hormone anti-müllérienne.

Dans un traitement de fécondation in vitro (FIV), la patiente doit prendre une médication afin d’obtenir plusieurs ovules qui seront fécondés au laboratoire. Pour un pronostic d’embryons favorable, on estime comme adéquat un nombre d’ovocytes au-dessus de cinq.

Des patientes qui reçoivent une même dose de médication peuvent recevoir des réponses très différentes et, parfois, le nombre d’ovocytes obtenu est si faible que les possibilités de succès soient considérablement réduites. Dans ces cas, une correcte évaluation est essentielle, tout comme la définition des meilleures stratégies pour augmenter les possibilités de succès.

Protocole d’évaluation

La réponse limitée à la stimulation ovarienne équivaut à un mauvais pronostic dans les traitements de fertilisation in vitro et, par conséquent, un taux de grossesse moindre. Quand le nombre d’ovules produits est limité, obtenir un ovule de bonne qualité est fondamental pour conseguir la grossesse, ce qui requiert le travail d’une équipe médicale spécialisée et expérimentée capable d’offrir un traitement personnalisé.

Notre unité spécialisée effectue une étude complète pour identifier la cause de la réponse ovarienne limitée:

  • Échographie à haute résolution pour étude des follicules antraux.
  • Détermination hormone anti-müllérienne (AMH).
  • Profil endocrinologique: thyroïde, prolactine, hormones sexuelles.
  • Cariotype.
  • Étude X fragile.
  • Étude auto-immunité thyrodienne.
  • Étude auto-immunité supra-rénale.

Une fois réalisée l’évaluation, on détermine le traitement destiné à obtenir le meilleur résultat :

  • Préparation des follicules antraux avec des androgènes (DHEA, testostérone) afin d’améliorer sensiblement le nombre d’ovocytes obtenu et la qualité embryonnaire.
  • Cycles d’accumulation d’ovocytes associé au diagnostic génétique pré-implantatoire. Réalisation de stimulations sériées jusqu’à obtenir un nombre d’ovocytes adéquat et une sélection génétique susceptibles de présenter la garantie d’obtenir des embryons sains, libres d’altérations chromosomiques.
  • Cycles de stimulation minimale ou cycles naturels dans des cas sélectionnés. Priorité est donnée à la qualité des embryons sur le nombre, ce qui optimise la stimulation et la culture des embryons pour que le peu d’embryons qui seront générés aient des probabilités plus élevées de produire la grossesse.
  • Programme d’ovodonation. Dans les cas où il n’est pas possible d’arriver à la grossesse avec les propres ovules de la femme, en raison du nombre d’ovocytes insuffisants ou de leur qualité déficiente, nous disposons du programme d’ovodonation à partir d’ovules de donneuses, l’un des traitements les plus efficaces en reproduction assistée.